Suez s’apprête à investir dans la valorisation des ressources du Havre

0

 

Le groupe Suez compte déployer 65 millions d’euros dans l’installation de sa nouvelle plateforme BioSynErgy à Gonfreville- l’Orcher. Un projet qui va réinvestir le local basé sur le centre de la ZIP havraise (Zone Industrialo-Portuaire), soit l’ex Usine du Citron fermée depuis plusieurs années. Ce positionnement, en fait, s’avère avantageux pour le futur leader de la révolution de la ressource par sa proximité aux industriels.

Notons que le groupe envisage fournir en chauffage, et le réseau urbain du Havre et les entreprises voisines. Dans le même volet, Suez est parvenue à signer deux contrats d’alimentation en eau chaude et en vapeur avec Safran Nacelles et Yara. Outre que l’industrie locale, la production d’énergie servira aussi de 20.000 à 30.000 habitants du sud de l’agglomération havraise.

Signalons que la chaudière biomasse sera alimentée par les éléments non valorisables récupérés dans le cadre de l’économie circulaire. Ces Combustibles Solides de Récupération (CSR), parviendront du territoire normand qui génère annuellement de 30.000 à 40.000 tonnes des CSR.

Selon les responsables de Suez, ce projet est en mesure de valoriser à l’horizon 2025 jusqu’à 50 % des déchets enfouis en France. En servant la Loi de transition énergétique, l’unité de production de chaleur impliquera une réduction de 50.000 tonnes de CO2 qui résulte de l’enfouissement.

D’ailleurs, l’offre a été présentée en septembre à la Direction Régionale de l’Environnement, l’Aménagement et le Logement et venait faire suite à l’appel d’offre lancé par l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). D’après Anthony Ramoni, directeur des activités de valorisation énergétique Suez Nord-Ouest, le projet passera également par une enquête publique qui viendra renforcer l’autorisation soumise en septembre.

A savoir que les travaux sont prévus pour septembre 2020 avec une centaine de postes ouverts durant la réalisation. Par contre BioSynErgy n’offrira lors de sa mise en service en avril 2022, qu’une quinzaine d’emplois directs et une quarantaine de postes indirects.