Quelles offres pour remplacer son standard téléphonique analogique ?

0
Téléphonie IP sur site versus 'centrex IP ou 'cloud' chez un prestataire hébergeur. Source Napsis

Avec la fin du RTC, les entreprises doivent abandonner leur standard téléphonique analogique pour une offre IP. IPBX, Centrex IP ou box spécialisée : quelle solution choisir, pour quels usages et à quel prix ?

La fin du réseau téléphonique commuté (RTC) est engagée. Orange ne commercialise plus de lignes analogiques, et à partir de 2023 elles seront progressivement fermées. La téléphonie fixe doit alors basculer vers le «tout IP» (Internet protocol). Pour les entreprises cela se traduit par la possibilité d’accéder à de nouveaux usages, mais aussi par plus flexibilité. Les contrats de téléphonie et la connectivité associée pourront en effet être contractés chez des fournisseurs séparés.

Il n’en reste pas moins que l’autocommutateur téléphonique privé (PABX ou PBX) devra être remplacé par une solution compatible avec la voix sur IP. Plusieurs choix s’offrent aux entreprises.

IPBX : pour miser sur la continuité

Si vous disposez d’un standard classique, le passage à un IPBX est l’évolution logique. Dans la plupart des cas, ni les téléphones, ni le réseau interne n’auront à être modifiés. Vous pourrez changer vos postes téléphoniques pour des modèles IP – plus modernes et fonctionnels – à votre rythme. Le tout avec de nouvelles fonctionnalités, comme la visiophonie, l’enregistrement des conversations, l’interaction avec vos applications métiers, le collaboratif, etc.

La connexion s’effectue à travers une offre Internet, de préférence dédiée : fibre optique, SDSL, voire ADSL ou 4G, dans le cadre d’un nombre d’appels simultanés limité. Ceci permet de réaliser d’importantes économies par rapport aux liaisons employées précédemment. Le contrat de téléphonie demeure classique, avec le choix du nombre de numéros SDA (Sélection directe à l’arrivée) et d’appels simultanés. Les offres IPBX sont accessibles chez tous les opérateurs de téléphonie professionnelle.

Le point de vigilance se fixe sur la durée de vie de l’IPBX. Si son coût d’acquisition reste «raisonnable», la technologie IP évoluant sans cesse, il sera difficile de le conserver pendant des décennies. Certains opérateurs suggèrent une mise à niveau de l’IPBX après seulement quelques années. Afin de lisser les coûts, cet équipement est dorénavant souvent proposé en location.

Centrex IP : place au Cloud !

Techniquement, le Centrex IP – ou standard téléphonique virtuel – est un IPBX hébergé chez votre fournisseur de services de téléphonie. Les dépenses d’investissement (CAPEX) sont alors remplacées totalement par des dépenses d’exploitation (OPEX), avec un abonnement calculé sur une base mensuelle et par poste, s’accompagnant de forfaits fixe/mobile, national/international.

L’utilisation de téléphones IP (achetés ou loués) est nécessaire.  Le trafic des appels requiert une ligne Internet dédiée. L’entreprise peut tirer parti de la toute la puissance des offres Cloud, avec la possibilité de gérer elle-même ses lignes et d’ajouter ou retirer des postes à volonté. Parmi les acteurs capables de proposer des offres Centrex IP, on retrouve les opérateurs de téléphonie, mais également des intégrateurs, des hébergeurs, etc.

Notez que la convergence fixe /mobile est potentiellement plus poussée avec le Centrex IP. Il sera en effet souvent possible de prendre en charge à la fois des lignes fixes et mobiles, et ce y compris pour un même numéro de poste (affichage du fixe ou du mobile au choix, messagerie unique, etc.). Une évolution par rapport à l’IPBX classique.

Les ‘boxes’ : simples et économiques

Les petites entreprises ne disposant que de quelques lignes utilisaient jusqu’alors un PABX. Un investissement coûteux, mais rentable sur la durée. Avec les IPBX, le renouvellement du matériel risque d’être plus fréquent, rendant cette solution moins intéressante. Quant au Centrex IP (hébergé à l’extérieur), il est parfois rejeté par les TPE.

Beaucoup d’acteurs (Aircall, HubOne, Keyyo-Bouygues…) continuent d’enrichir leurs offres. OVH Télécom, par exemple, propose des forfaits de voix sur IP à l’unité, avec une interaction limitée entre les lignes et une gestion centralisée. Les opérateurs misent pour leur part sur des boxes multilignes prêtes à l’emploi. L’offre Optimale pro multi-lignes d’Orange Pro permet ainsi de monter jusqu’à 12 utilisateurs et six communications simultanées. Certaines solutions pour TPE sont même proposées avec un mini standard téléphonique.

Enfin, pour des petites structures ou pour un laps de temps limité, il a été imaginé la possibilité de recourir à des solutions de téléphonie 100% mobile, le poste ‘standard’ étant équipé d’une carte SIM 4G.

Pierre MANGIN  et David  FEUGEY