Quel virage digital pour les PME ?

0

Face à une conjoncture économique sise sur un marché globalisé et poussées par les ruptures technologiques, les PME françaises sont de plus en plus conscientes de l’apport du numérique sur leur développement. Mais près de la moitié restent encore à convaincre de franchir le pas.

Un peu plus de la moitié (53%) des PME françaises ont débuté leur transition numérique révèle le baromètre de Bpifrance le Lab et l’institut d’études économique Rexecode, publié en septembre. Pour ces entreprises qui ont entamé leur transformation, les enjeux et opportunités sont perçus : la digitalisation représente un véritable levier de croissance du chiffre d’affaires, de la rentabilité et de l’investissement, et à moindre degré du marché de l’emploi à l’horizon des cinq années prochaines. Les structures ayant entamé leur mutation digitale sont d’ailleurs les plus optimistes. Une grande majorité de ces dernières, soit 82%, affirment que cette démarche leur est utile pour l’organisation de leurs entités. La mise en place de nouveaux dispositifs informatiques favorise ainsi le travail collectif ou encore permet d’associer les équipes opérationnelles pour disposer de solutions digitales. Autre champ d’application, 56% de ces entreprises ont déployé les nouvelles technologies pour optimiser la production et 55% pour promouvoir la relation client. In fine, 29% de ces entreprises ont conçu des partenariats pour la mise en oeuvre de cette transition.

Les obstacles à la digitalisation

Pour les 47% d’entrepreneurs qui n’ont pas encore eu le déclic digital, les raisons sont multiples. Principalement, sont évoqués le manque de temps et de culture. En effet, 40% d’entre eux confirment qu’ils ne se sentent pas concernés, 44% ne sont pas intéressés ou estiment qu’ils sont trop occupés, tandis que 38% jugent que le moment n’est pas opportun pour l’entreprise de procéder à la digitalisation. Le besoin de compétences en interne et le manque de familiarisation aux outils digitaux sont autant d’autres freins, rencontrés par un tiers des dirigeants sondés. Par contre, 64% des dirigeants ayant lancé le processus, déclarent ne pas avoir rencontré d’entraves. Parmi les obstacles techniques, toutes PME confondues, 10% citent les problèmes de connexion. Sur leur appréhension de la sécurisation des données, celles-ci restent encore à sensibiliser : les risques liés à la cybercriminalité ne constituent pas un obstacle majeur, puisque avancé par seulement 10% des PME et 6% pour celles ayant franchi le cap de la digitalisation.

Quels outils ?

Pour saisir les opportunités offertes par l’économie numérique, les PME digitalisées ont recours à différents outils : 77% utilisent ainsi des logiciels pour le suivi de leurs activités, 70% les réseaux sociaux, suivis par le cloud à raison de 66%. Cependant, moins de la moitié de ces structures envisagent la promotion du travail collaboratif et, alors que le nombre de cyberacheteurs ne cesse de progresser, la vente en ligne. Le big data et l’intelligence artificielle, demeurent encore moins répandus, soit respectivement 19% et 14% des sondés concernés. Plus de la moitié des PME n’envisagent pas cette démarche, au moins à court terme.

 Zakaria ANAGRA