Le nombre des demandeurs d’emploi diminue dans l’Eure

0
Crédit photo : Laetitia Brémont, « Sur une année, les demandeurs d’emploi dans la catégorie A ont diminué de 5,3 % dans l’Eure ».

Pôle Emploi et l’Insee viennent de publier plusieurs données concernant l’emploi.

C’est une tendance nationale, en 2019, le nombre de demandeurs d’emploi dans la catégorie A (sans activité) a diminué de 3,1 % (-1,7 % sur le quatrième trimestre). Une baisse au quatrième trimestre est également observée pour les personnes en activité réduite à courte et longue durée à la recherche d’un emploi (3,3 % pour la catégorie B et 0,5% pour la catégorie C). Ainsi, les catégories A, B et C enregistrent une baisse globale de 1,6 % sur le dernier trimestre et de 2,9 % sur un an.

Une tendance plus affirmée encore en Normandie et dans l’Eure.  Au quatrième trimestre 2019, on compte dans l’Eure 28 720 demandeurs d’emplois dans la catégorie A contre 30 330 au quatrième trimestre 2018, soit une baisse de 5,3 % sur un an (-4,2 % pour la Normandie), c’est la plus forte baisse dans les départements normands. Concernant les catégories A, B et C, elles connaissent globalement une chute de 4,2 % sur une année pour atteindre 50 310 au quatrième trimestre. La Manche et l’Orne font mieux, avec respectivement -5,1 % et -5 %.

Les moins de 25 ans premiers concernés.

Au dernier trimestre pour les catégories A, B et C, toujours dans le département, les moins de 25 ans sont les premiers à bénéficier de cette embellie, avec une baisse de 2,8 % par rapport au trimestre précédent et de 5,6 % sur une année. Les 25/49 ans profitent également de cette diminution. Cette catégorie voit ses effectifs diminuer de 1,1 % sur un trimestre et de 4,3 % sur un an. Le taux de chômage est le plus élevé sur la zone d’emploi de Vernon-Gisors (9,2%), suivi de près par des zones de Pont-Audemer et Bernay (9,1%), de Rouen (qui s’entend sur une partie de l’Eure) avec 9 %. C’est la zone d’emploi d’Evreux qui s’en sort le mieux avec 8,7 %. Malgré ces bons résultats, le taux départemental de chômage s’élève à 8,7 %, c’est le deuxième plus fort dans la région, derrière la Seine-Maritime (9,6 %). A titre de comparaison, ce taux est de 8,4 % pour la Normandie, qui fait partie des cinq régions ayant les moins bons résultats, et 8,6 % pour la France. A noter qu’avec 6,3 % de taux de chômage, la Manche est le quatorzième département français ayant le taux le plus faible. L’Eure ne se classe que soixante-cinquième tandis que la Seine-Maritime est soixante-dix-neuvième. Cette diminution du nombre de demandeurs d’emploi dans l’Eure peut s’expliquer par plusieurs facteurs. On observe une augmentation départementale des créations d’entreprises sur un an (+18 %), un chiffre proche des moyennes régionale (+19,7 %) et nationale (+17,9 %). En parallèle, une diminution des défaillances d’entreprises s’est produite (-20,1 %). Une tendance moins marquée pour la région (-7,3 %) et la France (-1,7 %). De son côté, l’emploi salarié eurois connait une augmentation annuelle de 0,8 %. Au niveau régional cette augmentation n’est que de 0,4 %. Les emplois intérimaires, en revanche, baissent dans l’Eure de 3,9 % en un an.  C’est le secteur du bâtiment, sur le territoire normand, qui connait le plus grand nombre de créations d’emplois salariés : +2,3 % sur un an. L’agriculture est l’unique secteur d’activité à connaitre une baisse annuelle (-1,1 %) en Normandie.